dimanche 14 juin 2015

Les princesses du Moyen-Âge à petit pas

 Les Princesses, c'est bien connu, ça porte des robes roses à froufrous et ça passe ses journées à attendre peinard que le prince charmant se pointe.

Ou pas.

Les princesses du moyen-âge par exemple, quand on prend le temps de lire cet opus fort bien documenté (l'auteure est universitaire spécialiste d'histoire médiévale, c'est dire si elle connaît bien son sujet), on s'aperçoit que leur vie c'était pas franchement la joie. Entre le mariage précoce, avec un vieux barbon choisi par papa, les grossesses à répétition (quand on y survit) et le contrôle permanent exercé par la famille et l'église... Autant vous dire que ça rigolait pas tous les jours dans les châteaux forts d'antan tiens ! Heureusement que les illustrations rigolotes viennent alléger un propos très très loin du rose bonbon.

Vous l'aurez compris, si vous êtes dotés d'une petite fille en plein trip princesse à paillettes, cet ouvrage salutaire devrait vous aider à lui remettre les idées à l'endroit sur ce que ça signifie réellement d'être une princesse. Et puis au passage on peut aussi en profiter pour amorcer une discussion sur la condition féminine, au moyen-âge certes, mais aussi à l'époque contemporaine, parce qu'au fil des pages on s'aperçoit que certaines choses n'ont pas tant changé que ça... Sur le coup je recommande de mettre ce livre entre toutes les mains, fille ou garçon, parce que c'est le genre de réflexions qui nous concernent tous.

Histoire de finir sur une note positive, l'ouvrage se termine sur une très belle sélection de princesses au caractère bien trempé, qui ont su résister aux pressions de leur époque. De quoi en inspirer plus d'une à l'avenir

Les princesses du Moyen-Âge à petit pas, par Isabelle Ortega et Marie de Monti, le livre qu'il vous faut pour être enfin libéré délivré des princesses made in Disney, à partir de 9 ans.

dimanche 7 juin 2015

Wilma Tenderfoot

Minuscule petit bout de fille de 10 ans, Wilma Tenderfoot habite l'Institution pour Petits Malchanceux située dans le bas, soit chez les pauvres, de l'Île de Cooper (un drôle de bout de terre coincé entre France et Angleterre, que Marco Polo a eu la flemme de découvrir un jour qu'il en avait marre d'explorer le vaste monde). A priori, Wilma est destinée à partir jouer les domestiques chez une petite vieille acariâtre du haut de l'île, soit chez les riches, mais sa vraie vocation à Wilma, ce sont les enquêtes policières, et plus particulièrement celles du célèbre Théodore Lebon, dont elle suit avec passion les aventures dans la presse.

Coup de bol extraordinaire, il s'avère que ledit Lebon est justement le voisin de la nouvelle employeuse de Wilma, moi j'en connais un qui va bientôt se retrouver flanquer d'une nouvelle et minuscule assistante pour résoudre ses énigmes...

Emprunté au hasard des rayons de ma médiathèque pour satisfaire la soif de lecture de fille aînée (8 ans et demi), Wilma Tenderfoot présentait le combo idéal pour ma jeune lectrice, à savoir :

  • Des mystères très mystérieux.
  • Une héroïne dégourdie et pas cucul.
  • Une pointe d'humour en plus.
Mission réussie pour moi, ma fille a réclamé le second tome de la série (il y en a 4) dès le premier terminé. En cerise sur les gâteau, les belles illustrations de couverture et à l'intérieur du roman sont de la talentueuse Nançy Pena et sont parfaitement raccords avec l'esprit de la série.

Wilma Tenderfoot, par Emma Kennedy, quatre tomes d'aventure à hauteur d'enfant, à lire dès 9 ans.

dimanche 31 mai 2015

Bride Stories

Bride Stories nous emmène à la fin du XIXème siècle, dans un village d'Asie centrale situé sur la route de la soie. Au début de la série on y fait la découverte d'Amir, (plus si) jeune mariée de 20 ans, qui vient de s'installer dans sa belle famille suite à son mariage avec Karluk, qui a lui même 12 ans. Les coutumes des clans respectifs des mariés différent, et pourtant Amir réussira petit à petit à se faire sa place au sein de sa turbulente nouvelle famille. Celle-ci héberge notamment un ethnologue anglais, que l'on suivra par la suite dans son périple à la découverte de nouveaux clans et de nouvelles traditions.


Je ne connais strictement rien en manga, et ma principale motivation lorsque j'ai emprunté celui-ci à la médiathèque était qu'il m'avait été recommandé par une copine. Bonne pioche ! 

Je suis tout de suite tombée sous le charme de cette chronique qui mêle petites choses du quotidien et exotisme historique (les petits debriefings de l'auteure à la fin de chaque tome sont particulièrement intéressants). La galerie de personnages rencontrés au cours de la série est très riche et leurs relations sont dépeintes avec beaucoup de délicatesse. Du fait de l'importance de l'univers domestique dans la série, on y parle de facto beaucoup de condition féminine, et Bride Stories proposes de très beau portraits de personnages féminins (je suis une fan absolue de la super mémé grognon qui tire à l'arc, mais Amir et les autres mariées de la série sont également très intéressantes). Les illustrations, pour lesquelles Kaoru Mori s'est beaucoup documentée, sont particulièrement luxuriantes, avec un énorme travail de reproduction pour les motifs traditionnels dans les textiles et les bijoux,  et c'est vraiment magnifique.

Au final cette série est donc une grande réussite tant sur le fond que sur la forme et j'attends la suite avec impatience !

Bride Stories, de Kaoru Mori, un manga épatant à partir de 9 ans.


dimanche 24 mai 2015

Coquillages et petit ours

Les grands albums aux illustrations foisonnantes semblent avoir le vent en poupe dans l'édition jeunesse, et à la maison je dois dire qu'on est assez fan du genre, qui nous permet de passer des heures sur un album sans pourtant devoir se taper un texte interminable. En plus ça permet toutes sortes de jeux où il faut repérer un détail ou un personnage particulier dans une grande image et dont les filles sont particulièrement friandes.

Du coup, après Mouk, Non-Non, Paris ou les Coccinelles, on a beaucoup apprécié le très joli Coquillages et petit ours, où un papa ours se retrouve à traverse la moitié du globe pour récupérer son rejeton malencontreusement confondu avec une peluche par un petit garçon. Bien sur notre histoire se finit bien, avec des retrouvailles et un grande fiesta sur la plage. Entre-temps on aura bien rigolé en essayant de retrouver papa ours et petit ours dans des grandes et belles doubles pages de ce chouette album au goût de vacances.

Coquillages et petit ours, de Benjamin Chaud, un album très beau, pour partir très loin, à partir de 4 ans.


dimanche 17 mai 2015

Euraoundzeweurld

Euraoundzeweurld nous embarque pour un voyage loufoque autour de la planète, du quartier chinois parisien aux plages brésiliennes, en passant par la verte (et humide) lande irlandaise, préparer vous à voir du pays, mais en musique !

Si je suis tout particulièrement heureuse de parler de ce chouette livre-album sur ce blog, c'est parce qu'il réunit la fine fleur des artistes ivryens, à savoir Merlot à la musique (dont on avait déjà énormément apprécié Au fond de la classe), et la fabuleuse Joelle Jolivet aux illustrations. Chez nous on avait déjà entendu (et aimé) les chansons en concert à plusieurs reprises (notamment en dédicace chez notre libraire préféré), on s'est donc précipités sur l'album dès qu'on a eu vent de sa parution et il est magnifique. Désormais le disque tourne en boucle à la maison, à nous les soirées fajitas et le camping en Irlande, youhouh !

Euraoundzeweurld, par Merlot et Joelle Jolivet, un drôle de nom bien long pour un album très bon, dès 5 ans.

dimanche 10 mai 2015

Asterix le Domaine des Dieux

Ayant enfin renoncé à écraser les irréductibles Gaulois d'Armorique par la force, Cesar décide de la jouer finaud en faisant construire une résidence de luxe Roman'Staïle en bordure du village. Si tu ne viens pas à Rome, Rome viendra à toi !

Des adaptation, animées ou filmées, des aventures d'Asterix sur grand écran il y en a désormais un bon paquet, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'elles sont plutôt inégales. Bonne nouvelle, Le Domaine des Dieux fait manifestement du haut du panier. Visuellement l'animation en 3D fonctionne très bien et les graphismes sont une réussite. Mais surtout, le scénario et les dialogues d'Alexandre Astier (aka M. Kaamelott) sont parfaitement en phase avec l'esprit de la BD originale. On retrouve donc bien le subtile mélange d'humour (j'aime beaucoup le centurion qui doit apprendre à donner des ordres poliment) et de tendresse qui permet à la série de fonctionner auprès des petits comme des grands. En cadeau bonus, le casting qui fait les voix des personnage est juste parfait (mention spéciale à Florence Foresti qui double Bonemine).

Au final, Le Domaine des Dieux s'avère idéal pour une soirée ciné familiale avec les enfants, ici on l'a testé avec succès sur un public élargi (progéniture + amis de la progéniture) allant de 5 à 11 ans, tout le monde était ravi (parents compris) et on a eu droit aux répliques du film pendant toute la semaine qui a suivi.

Asterix le Domaine des Dieux, un chouette DVD pour rigoler dès 5 ans.

dimanche 3 mai 2015

ça pousse comment ?


Sophie, petite fille de la ville, vient passer ses vacances à la campagne chez ses grands-parents où elle va découvrir le monde merveilleux du jardinage. Bientôt plantes et petites bêtes du potager n'auront plus aucun secret pour elle !

Avec ses belles illustrations très claires et pleines de petits détails, ce chouette album tient lieu à la foi de documentaire et de conte des quatre saisons. On y découvre tout plein de fruits et légumes bien-sur, mais aussi les outils et gestes nécessaires pour prendre soin de tout ça, ainsi que la vie d'un jardin tout au long de l'année. 

Alors que ce printemps est justement marqué sous le signe du jardinage avec la Superchouette marmaille, ce livre est tombé à pic pour faire mieux découvrir aux enfants les légumes semés dans notre potager. Je ne sais pas si à la fin de l'été la récolte sera effectivement bonne (et si mes filles accepteront de manger les légumes ainsi produits...), mais en attendant on aura énormément apprécié la lecture des aventures de Sophie, c'est toujours ça de pris (en plus t'as vu Maman ! La petite fille elle s'appelle comme toi !).

ça pousse comment ?, de Gerda Müller, un album charmant, pour tous les petits jardiniers en herbe à partir de 5 ans.

(et il existe en édition poche, 5€60 de délicatesse végétale, que demander de plus franchement ?)

dimanche 26 avril 2015

Achille et la rivière


Chez Achille, il y a des animaux qui font du bruit, un fratrie très élargie, des parents extravertis et des invités toute la nuit.

Chez Achille, disons le franchement, c'est un bourdel sans nom et on comprend aisément qu'il ait la tête comme un ballon.

Alors parfois notre pauvre Achille va se reposer au bord de la rivière, là où tout n'est que calme et sérénité. Si seulement ça pouvait être comme ça aussi à la maison !

Vraiment Achille ? Tu es bien sur de toi ?

Achille et la rivière est une ode joyeuse au foutoir des grandes familles, parce que quand même, le désordre c'est la vie, admirablement servie par les illustrations lumineuses d'Ilya Green. Au fil des pages on entendrait presque la trompette résonner dans la bruyante maison d'Achille et l'eau clapoter dans la rivière. C'est aussi un conte qui vient nous rappeler la chaleur du foyer familial, dont il peut être bon de s'éloigner parfois, mais au sein duquel on est heureux de revenir. Achille et la rivière, c'est tout simplement une petite merveille de délicatesse.

Achille et la rivière, par Olivier Adam et Ilya Green, un album à lire en famille dès 5 ans.