samedi 23 mai 2009

La chasse à l'ours


Voilà un album classique qu'il ne faut pas hésiter à découvrir ou redécouvrir, pour les détails de ses illustrations, la poésie de sa narration, et sa fin cocasse.

Sous la plume de Michael Rosen, illustrés par la géniale Helen Oxenbury au trait rond mais cependant impertinent, nous découvrons un papa, accompagné de ses 4 enfants, dont un bébé ultra choupi, qui ont décidé de partir à la chasse à l'ours. Qu'on se rassure, rien de guerrier ni de sanguinaire dans ce projet, qui n'est que le prétexte à une grande balade dans des paysages aussi divers que variés.

Nous allons à la chasse à l'ours.
Nous allons en prendre un très gros.
La vie est belle!
Nous n'avons peur de rien.

Les quatres premières lignes du livre, comme une ritournelle, vont revenir toutes les deux double-pages, avant de présenter le nouveau défi à franchir pour nos cinq aventuriers en herbe: la prairie, la rivière, la boue, la forêt, la neige sont au programme avant d'arriver à la grotte de l'ours, qu'on trouvera bien plus impressionnant que prévu, ce qui entraînera un retour plutôt mouvementé, à la grande joie des petits auditeurs.

Cet album est vraiment un album à lire à haute voix aux plus petits comme aux plus grands: phrases répétitives, que l'on peut quasiment accompagner de gestes, et bruitages sublimes des traversées de paysages, en font un texte vivant illustré par des images pleines de charme et foisonnantes de détails. L'alternance du noir & blanc - le nouveau paysage à franchir, et de la couleur - la traversée, est le détail graphique qui rend l'ensemble encore plus attachant et poétique.

Je recommande à tous de se procurer (librairies, internet, bibliiothèque) la version avec la traduction originale de Claude Lauriot Prévost, bien supérieure à celle qui a suivi: pour ma part quand on traverse une prairie de hautes herbes, j'aurais plutôt tendance à entendre flou flou, plutôt que froufrou friselis, et la traversée de la forêt m'évoque plus hou hou! que trébuche bronche...

Pour conclure: cette vivifiante, distrayante et pleine de charme Chasse à l'Ours est un indispensable des bibliothèques enfantines, à partir de 3 ans.

7 commentaires:

Saperli a dit…

oh oh je ne connaissais pas et j'ai bien envie de le lire...

flo a dit…

encore quelques mois a patienter donc pour le raconter.

Anne Loiseau a dit…

J'adore ce livre (et les enfants aussi hein)
il m'aide à les ramener à la maison sans les entendre chouiner que c'est loin, j'adore ce livre donc...
et moi d'abord j'entends très bien froufrou friselis, bon un peu moins trébuche bronche mais j'aime bien!

yayie a dit…

j'adore ce livre !!!!!! je l'ai lu je ne sais pas combien de fois à mes enfants, on finissait par chanter le refrain !!!!!!!

angel a dit…

yayie>> oui moi quand je le lisais avec mes élèves, hyper hyper hyper fans, je chantais le refrain ET je faisais des gestes pour mimer. Je te dis pas c'était total fiesta ce livre!

Anne Loiseau>> je suis une fidèle de la traduction originale, la seconde me déprime, je la trouve pédante. Après c'est un avis super perso, sur ce qui peut être perçu comme un point de détail (mais je suis maniaaaaaaque ^^' )

flo>> je pense le lire à MaPatate 26 mois. J'ai mis trois ans, mais 2 ans et demi c'est bon aussi, on peut tenter... Voire avant. Vive les bibliothèques, d'ailleurs, si on n'a pas le livre à la maison!

perrine a dit…

A voir sur youtube, michael rosen himself qui raconte son histoire, et c'est génial :
http://www.youtube.com/watch?v=ytc0U2WAz4s
bon, c'est en v.o certes, mais le plaisir est intact, et le petit refrain reste tellement dans la tête!
(testé sur une gamine de deux ans et demi, qui n'a jamais entendu d'anglais de sa vie, et qui était quand même à fond dedans!)

Marianne et Manu a dit…

Offert (en traduction originale) à ma petite Elise pour ses 3 ans hier. Une réussite! Merci mesdames pour vos tuyaux.