dimanche 23 août 2009

Petit-Bleu et Petit-Jaune

Les histoires que l'on lit aux enfants n'ont pas forcément vocation à être éducatives. S'il y a une dérive pédagogique affolante depuis trois décennies, c'est bien celle qui voudrait que tout ce que l'on inculque aux enfants soit destiné à leur servir un jour. C'est une approche qui n'est pas sans rappeler le débat actuel sur les conditions de la recherche scientifique, qui devrait viser l'efficacité des découvertes plutôt que la recherche fondamentale. Beaucoup de livres pour enfants ont explicitement ou non l'objectif de donner immédiatement des clés de comportement ou à moyen terme des règles de réflexion ou grilles d'analyse visant à une utilité sociale : Tchoupi, Dora, Diego, j'en passe et des meilleures en sont de bons exemples. Ce n'est pas condamnable en soi, bien sûr, c'est même nécessaire. Mais cela ne devrait pas rogner la marge rêveuse, qui est ce temps important où nos enfants n'ont rien d'autre à faire qu'à rêver, imaginer, transformer le matériau brut de ce que nous leur apportons pour construire une sensibilité, un rapport au monde. On critique souvent les parents aux cultures rigides, notamment religieuses, qui enferment leurs enfants dans un carcan dès leur plus jeune âge, mais en réalité il n'est guère différent, sous prétexte de pédagogie utilitariste, d'orienter avec de simples livres leur manière d'agir plutôt que de les laisser la construire. L'ouverture d'esprit ne s'enseigne pas aux enfants : ce sont eux qui la construisent. Laissons-les seuls dans la marge rêveuse.

Petit-Bleu et Petit-Jaune est un beau livre où il ne faut pas chercher de message de tolérance, d'enseignement sur la différence, ou de leçon sur l'obéissance aux parents. Voilà. C'est juste l'histoire de Petit-Jaune et de Petit-Bleu qui jouent si fort ensemble qu'ils se mélangent et deviennent tout vert (rien de sexuel là-dedans, sauf si vous êtes un chercheur spécialisé dans la reproduction des amibes) et que leurs parents ne les reconnaissent plus. Mais tout s'arrange heureusement, ouf, on est sauvé. Ce qui est très beau dans ce livre est que les personnages sont de simples tâches de couleur, que l'histoire est minimale, et que les quelques pages qui le composent vont vous donner mille interprétations différentes : il n'y a (presque) rien, on y retrouve beaucoup, on imagine, on suppute, on complète... adulte, on reproduit le schéma mental de l'enfant qui va rêver de Petit-Bleu et de Petit-Jaune et broder sur leur histoire. Même adulte, on peut encore s'aventurer dans la marge rêveuse.

Le papa de Sigmund de A bas les bébés!



le grain de sel d'Angel:
Adulte, on se souvient en rêvant de la grande poésie qui se dégage de cet album, de ce délicieux accès à l'abstraction pourtant si proche de soi, et on a qu'une envie, en dégotter vite fait un exemplaire pour le lire encore et encore à ses enfants. C'est l'un des livres préférés de mon enfance, et l'un des préférés de ma fille, la plus rêveuse des trois, de loin...

8 commentaires:

Anne-Line a dit…

Je me suis empressée de racheter un exemplaire à mes enfants tant j'avais aimé ce livre petite (et bien d'autres du même accabit)
ceci dit... on y apprend quand même le mélange des couleurs ;)
mais ça n'enlève rien à la poésie de cet ouvrage... incontournable ?

Maïpi

Syven a dit…

Ca me plaît beaucoup, et j'adhère au message !!!

Melanie a dit…

mes enfants (4 ans et demi et 2 ans et demi) adorent tous les deux. un must!

Laeti a dit…

Moi aussi j'adore !

Marie a dit…

J'ai aussi adoré petite, et j'attends avec impatience de retourner dans le grenier de mes parents pour le lire à ma fille (quoi, à 1 an, c'est parfait je dis).
Par ailleurs, merci de m'avoir refait penser au papa de Sigmund, que je lisais (et adorais) quand il n'était encore que futur papa, mais que j'avais perdu de vue... Maintenant j'ai des années de lecture à rattraper, spa très malin !

AF a dit…

Bonjour,
C'est amusant que vous parliez de ce livre comme exemple d'anti-pédagogique primaire (si j'ose dire) puisqu'il a été étudié par ma fille en PS/MS l'an dernier: ça leur a tenu pendant genre un trimeste et a occasionné de nombreuses activités en parallèle...
AF

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
benoit a dit…

POur moi petit bleu et petit jaune....il ne faut pas chercher de message...? deux personnages différents qui se rencontrent, diférents par leur couleur de peau...s'aiment, et donnent naissance à un enfant d'une autre couleur...Le côté minimaliste de cette histoire lu confère à mon avis, une interprétation polysémique...Voilà la mienne, je vous la fais partager...
Benoit