mardi 22 décembre 2009

Poésie de chantier

Aujourd'hui un billet de Del4yo, youpi!


Je sais : vous allez me haïr, je vais vous parler d'un truc pas très courant. Et en plus c'est traduit du Japonais en Anglais, je n'ai pas trouvé de version Française. Mais en même temps, je crois que j'ai spotté un classique, et il faut que je vous en parle parce que ça n'arrive pas tous les jours.

Who made this cake, par Chihiro Nakagawa pour le texte, et Junji Koyose pour les images. On peut le trouver sur Amazon, en Anglais seulement, ici.

Oui, ça n'est pas encore traduit, mais ça va l'être, c'est forcé, et puis vous pourrez faire votre snob en clamant vous en avez entendu parler par une copine de San Francisco qui a trouvé ça à Little Osaka, déjà ça se la pète tellement, vous devriez me remercier.

Ce livre merveilleux raconte l'histoire d'une maman qui appelle une entreprise de micro lutins pour qu'ils fassent un gâteau pour l'anniversaire de son petit garçon. Le camion sur la photo fait la taille d'un bol, et les micro lutins (3cm, max) vont s'en servir, ainsi que d'une armada de bulldozers miniatures, pour faire le gâteau. Ma scène préférée est celle où ils appliquent la crème fouettée avec les bétonneuses. Le Bu, deux ans et demi, préfère le moment où ils bougent la farine à la pelleteuse. Chacun son truc.

Toutes les pages de la première à la dernière de couverture sont bourrées de détails, avec des lutins partout, qui se cassent la figure, boivent un petit café, ou conduisent des pelleteuses. Mon fils ne s'en lasse pas, et nous attaquons la quatrième semaine consécutive de lecture de ce monument, jusqu'à 3 fois par jour. Je découvre toujours des dessins cachés, à ma grande honte, parce que je suis sensée avoir un sens de l'observation hors pair, non mais.

Le texte est peu descriptif pour ne pas dire minimaliste, et on passe plus de temps à se raconter les images qu'à lire. Par contre il apporte une structure à la narration que j'apprécie et qui est rare dans les livres d'images.

Je recommande ce livre aux enfants qui commencent à faire des phrases (2-3 ans, et même plus). Les illustrations pleines de surprises charmantes appellent les commentaires. L'enthousiasme est souvent tel qu'un enfant qui en a marre qu'on le pousse à s'exprimer le fera bien volontiers, surtout s'il se rend compte qu'il a vu des détails qui échappent à notre perspicacité d'adulte.

Je viens de voir à la librairie Kinokuniya le deuxième tome, où le père Noël confie un nounours à la bande de lutins pour une livraison musclée et minuscule, et je crois que je vais l'acheter, même si c'est en Japonais et que je n'y lis goutte. On brodera!

De votre correspondante en Amérique
del4yo


le grain de sel d'angel:
Ahahaha tu penses bien, je l'ai commandé à peine j'ai eu fini de lire ton article. J'ai hâte de le recevoir mais je crois que ce sera pour 2010! Et quand je l'aurais reçu, j'ajouterais une traduc' homemade ici, comme je l'avais fait pour I can fly. Il n'est pas dit que nous laisserons nos lecteurs qui ne pigent que pouic au briton sur le bord de la route!

le grain de sel de lili :
Il existe maintenant une version française qui s'appelle Joyeux Anniversaire

4 commentaires:

Carine a dit…

Merci à toutes les deux : je fais vraiment partie de celles qui ne comprennent "que pouic")
Bises

mesvies a dit…

ah ben je suis tentée, évidemment...

Mais ici la deuzans-édmi c"est une fille, va-t-elle aimer les engins de chantier ?? elle dédaigne les nombreux livres sur le sujet légués par son frère :/

Quelqu"un le teste sur une fille qui aime le rose et les chatons, pour voir ???

Del4yo a dit…

Le rose et les chatons, je ne sais pas. Mais je sais que petite fille j'aurais aime detailler les lutins qui courent sur les pages.

Je vais travailler a une traduction et te l'envoyer Angel, des que possible!

Rachel_O a dit…

Bah...
encore un coup des lutins, forcément...
;o)
Bon, ben le Gros Rouge fera des heures sup pour les étrennes, je le mets sur ma liste, rien que pour moi!