dimanche 24 mars 2019

Les Vanderbeeker

Deux parents, cinq enfants, un chien, un chat et un lapin, les Vanderbeeker sont l'incarnation même de l'adage Famille nombreuse, famille heureuse. Depuis déjà 6 ans, tout ce petit monde occupe joyeusement (et parfois un peu bruyamment) les deux premiers étages d'une maisons en grès rose de Harlem. Mais cette année, à six jours de Noël, un drame s'annonce : Le vieux M. Beiderman, leur irascible voisin du quatrième étage et propriétaire refuse de renouveler leur bail. Les Vanderbeeker ont moins de deux semaines pour déménager. 

Aussitôt le compte à rebours s'enclenche et toute la troupe des enfants se met en ordre de marche pour sauver le foyer familial. Mais comment convaincre un vieil homme ronchon et que l'on connaît à peine de les garder comme locataires ?

Les Vanderbeeker constituent donc un exemplaire de plus de ces grandes familles attachantes que l'on aime retrouver dans la littérature jeunesse. Chacun des enfants y a son caractère propre, de Jessie (12 ans) l'inventrice de génie à Laney (4 and 3/4) la petite câlineuse de choc, et va mettre ses talents à contribution pour charmer le vieux Beiderman. Le roman s'inscrit également dans la tradition très anglo-saxonne (et finalement beaucoup moins classique en France) du Conte de Noël, avec petit miracle à la clé le 25 décembre au matin. Les bonnes fées qui se sont penchées sur ce récit ont donc des airs de Dickens et de Capra. D'autant que le petit coin de Harlem où les Vanderbeeker évoluent est presque un personnage à part entière du roman, et le rôle important joué par les voisins de nos héros évoque notamment les petites communautés de La Vie est Belle ou encore celle du Chant du Missouri.

Les Vanderbeeker, T1 On reste ici ! (le T2 est prévu pour juin), de Karina Yan Glaser, un fratrie avec un coeur gros comme ça, à aimer dès 10 ans.

Petit Grain de Sel diversité : J'aurais beaucoup aimé une édition du roman comportant des illustrations de chacun des membres Vanderbeeker. En effet l'autrice précise de manière fugace qu'il s'agit d'une famille mixte. Autant les petit·e·s lecteur·rice·s américain·e·s pourront sans doute s'imaginer sans difficulté chacun des personnages, autant je crains fort que le lectorat français passe à côté de cette information et ne se représente une famille entièrement blanche par défaut (nonobstant quelques références à la chevelure indomptable de Jessie).

Aucun commentaire: